Crowdfunding ou financement participatif : quels avantages pour une startup ?

avantages du financement participatif pour les startups
avantages du financement participatif pour les startups

Convaincre une banque du bien-fondé de son projet n’est pas chose aisée et les taux d’intérêt, assez élevés, peuvent rapidement décourager les porteurs de projet. Heureusement, depuis quelques années maintenant, les banques ne constituent plus le seul recours en termes de financement. De nombreuses alternatives comme le financement participatif ou crowdfunding ont émergé et représentent une bonne alternative pour les startups à la recherche d’un capital.

Point sur le financement participatif dans ce guide complet.

Qu’est-ce que le financement participatif ?

Plus connu sous le nom de crowdfunding (financement par la foule), le financement participatif ou encore sociofinancement est un moyen de financer des projets qui a le vent en poupe dans le monde l’entrepreneuriat. C’est un mécanisme grâce auquel il sera possible de collecter des apports financiers d’un grand nombre de personnes via une plateforme en ligne.

On distingue de ce fait 3 grands acteurs. Tout d’abord nous avons la plateforme de crowdfunding sur laquelle le porteur de projet va venir proposer son projet ou idée. Puis nous avons les supporters (particuliers ou personnes morales) qui vont contribuer à la réalisation du projet ou idée en apportant de petits montants. Dans un financement participatif, c’est donc le nombre de personnes ayant contribué qui fait la différence. La somme des petits montants apportés par chacun permet de mobiliser un montant assez élevé.

Le financement participatif d’un projet ou idée peut prendre 3 différentes formes à savoir :

  • le don avec ou sans contrepartie : le principe est de donner de l’argent à un porteur de projet sans attendre un retour financier. Dans certains cas, une contrepartie symbolique peut être proposée aux investisseurs
  • l’investissement participatif ou crowdequity : alternative à la love money ou aux fonds, l’investissement participatif consiste en une prise de participation au capital afin de devenir actionnaire de la startup
  • le prêt participatif ou crowdlending : beaucoup plus adaptée aux TPE/PME déjà installée, cette forme de financement se base sur le principe du crédit bancaire. Ce sont donc les particuliers ou organisations qui se substituent à l’établissement bancaire. Ils recevront suite à leur financement chaque mois une partie du capital investi ainsi que des intérêts. De ce fait, les plateformes spécialisées en crowdlending sont beaucoup plus sélectives en ce qui concerne le choix des projets.

Dans cet article, nous allons donc nous accentuer sur le crowdfunding sous la forme de don, beaucoup plus adapté pour les startups.

Le crowdfunding pour les startups : comment ça marche ?

Déjà, il faut souligner que les plateformes basées sur le principe du crowdfunding (don en échange de contrepartie) sont les plus répandues et les plus utilisées en France. Le principe est simple.

principe du crowdfunding

Un porteur de projet va s’inscrire sur la plateforme afin de présenter son idée. Celle-ci, après validation par l’équipe de la plateforme, sera donc affichée sur une page dédiée. Il sera donc question de faire appel à la générosité, mais surtout l’intérêt, des utilisateurs. Pour cela, le porteur de projet aura à définir un objectif en termes de montant à lever indispensable pour le lancement de l’idée. Un temps doit être par ailleurs défini pour la collecte des fonds. Et si dans ce délai, l’objectif n’est pas atteint, il sera généralement question de rembourser ceux qui ont eu à contribuer. C’est la raison pour laquelle, il est important de bien penser son projet afin de définir un montant de base pour amorcer la création ou le développement de sa startup.

Ensuite, le porteur de projet doit s’engager à proposer à ceux qui vont investir dans son idée des contreparties. Ce sera donc à vous de définir correctement ce que vous comptez offrir à vos mécènes en fonction du montant qu’ils sont prêts à vous donner. Autrement dit, vous allez définir différents paliers dont chacun correspond à une contrepartie donnée. Cette dernière peut être matérielle ou symbolique en fonction du niveau.

Pour finir, soulignons qu’aucun stade de maturité n’est requis pour obtenir du financement via les plateformes de crowdfunding. Que ce soit pour financer un prototype, une première version de votre produit ou service ou encore une amélioration, le financement participatif reste accessible à tous.

Par ailleurs, vous n’avez pas forcément besoin de fournir un business plan ou des chiffres prévisionnels pour proposer votre projet au financement participatif. Toutefois, il est primordial de se définir un objectif bien précis et réaliste, une durée de collecte, une très bonne page de présentation avec assez de détails et, bien évidemment, des contreparties cohérentes.

Plus vous serez transparent, plus vous aurez la chance de convaincre les gens et d’atteindre votre objectif.

Les avantages du financement participatif pour une startup

Tout d’abord, retenez qu’une campagne de financement participatif ou crowdfunding s’avère bien plus intéressante qu’une levée de fonds classique, surtout pour une entreprise en création. C’est simple à mettre en œuvre, peu coûteux et cela présente de nombreux avantages.

Facilité d’accès au capital d’amorçage

Comme vous le savez certainement déjà, passer par les moyens traditionnels de financement vous fera perdre beaucoup de temps. Par contre, une campagne de crowdfunding ne dépasse pas plus de 90 jours en moyenne, contre plusieurs pour les moyens classiques.

En dehors de la durée, cela vous permet de ne pas avoir à vous soucier de différentes démarches comme la prospection, les nombreux rendez-vous, les relances, etc.

La possibilité de créer facilement une base de données de prospects

Pour une startup qui se lance, la recherche des prospects peut assez difficile et coûteuse, surtout au début. Sur une plateforme de financement participatif, vous aurez la possibilité de vous constituer déjà une base de données de prospects. Si quelqu’un investit dans votre projet, cela voudra certainement dire qu’il est déjà intéressé par ce que vous proposez.

Vous avez donc déjà une liste de potentiels clients que vous pourrez relancer facilement une fois le produit ou service mis sur le marché. Ce qui n’est pas toujours le cas avec les moyens classiques de financement. L’autre avantage, c’est que ceux qui ont investi dans le lancement de votre startup peuvent devenir des ambassadeurs. Ils auront certainement à en parler autour d’eux et faire la promotion de votre projet, une bonne stratégie de communication qui va contribuer à augmenter votre notoriété.

Profiter des outils de communication des plateformes de crowdfunding

Les plateformes de financement participatif, en général, sont rémunérées sur un pourcentage déjà défini en fonction de la somme levée au total. De ce fait, elles ont tout à gagner en faisant la promotion de votre campagne. Vous aurez ainsi accès à différents outils de communication comme des articles de blog ou encore une mailing-list (liste de diffusion).

Anticiper sur la vente de son produit ou service

Après avoir investi dans votre projet de startup, comme indiqué un peu plus haut, vous aurez à offrir une récompense. En fonction des paliers, vous pourrez par exemple envisager de donner le produit à un supporter. Cette opération permet donc de vendre déjà une partie de son stock.

Au lancement, vous bénéficierez de ce fait d’un premier retour sur investissement, mais aussi d’avis pour améliorer votre produit ou service.

L’absence de garanties personnelles

C’est l’un des principaux atouts du financement participatif, car même s’il est question d’un prêt (crowdlending) aucune garantie n’est en principe imposée au porteur de projet. Contrairement aux moyens classiques, cela vous évitera donc de mettre en péril votre patrimoine personnel en vous déclarant caution, par exemple.

Quels sont les inconvénients ?

  • Moyen de financement incertain : s’inscrire sur une plateforme de crowdfunding et lancer une campagne de financement ne garantit en rien que vous trouverez des investisseurs. Soulignons que nombreux sont les projets soumis sur ces plateformes et qui n’arrivent pas à atteindre les objectifs fixés.
  • L’objectif doit être atteint, sinon rien : nous avons déjà eu à le souligner, le lancement d’une campagne de financement participatif dépend d’un objectif de montant à lever. Et si ce palier n’est pas atteint, les investisseurs qui ont contribué doivent être remboursés.
  • Le vol d’idée : une fois votre page de présentation créée, elle sera accessible à tous en ligne. Et vu que l’un des principaux critères pour obtenir du financement dans l’univers des startups est d’être innovant, votre idée peut être reprise par une entreprise ou quelqu’un qui est en mesure de se passer de financement. Dans ce cas, protéger son concept grâce au droit d’auteur ou par un brevet peut s’avérer indispensable.
  • Mettre l’accent sur la communication : pour une levée de fonds classique, vous n’avez pas forcément besoin de communiquer auprès d’un large public. Par contre, sur une plateforme de crowdfunding, vous devez être en mesure de mener une bonne campagne de communication afin de susciter l’intérêt des gens ; un aspect de la chose qui veut demander du temps et parfois beaucoup d’argent.

Quelques plateformes de financement participatif

  • Ulule
  • Kickstarter
  • KissKissBankBank
  • leetchi
  • Tipee, pour les créateurs)
  • HelloAsso, pour les associations
  • MyGaloo, pour les associations
  • Graines d’Actions (projets bourguignons et franc-comtois d’utilité sociale)
  • MyMajorCompagny, pour le secteur de la musique
  • Ma finance locale
  • J’adopte un projet
  • bzh
  • Kocoriko
  • MiiMOSA
  • gofundme.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like